Avoir un texte de vente de mauvaise qualité. [Erreur marketing n°8]

Avoir un texte de vente de mauvaise qualité. [Erreur marketing n°8]

Evident me direz-vous. Et pourtant. Combien d’argumentaires de vente, parfaitement rédigés, ratent t’ils les conditions du succès?  Beaucoup trop!  L’exercice n’est pas simple. Alors voici les quatre clés essentielles pour réussir la rédaction de vos textes de vente.

1. Adapter le contenu au chemin d’achat de vos contacts.

Le processus de vente doit être vu sous l’angle de votre interlocuteur. Il ne s’agit pas de lui vendre votre produit, mais de le convaincre à le recommander, apr!s l’avoir acheté et évalué. Le processus d’achat comporte 8 étapes essentielles (lire: chemin d’expérience d’achat): de la conscience de l’existence de votre produit à celui de la recommandation d’achat aux proches de vos clients. Une vente ne s’arrête donc pas lorsque le contrat de vente est signé. Il faut viser la satisfaction de vos clients, afin de les transformer en vendeurs. Dans ce contexte, le texte de vente doit être pensé en fonction des différents moment de l’expérience d’achat. Découpez votre communication selon chacune de ces 8 étapes…

2. Utilisez des ‘call 2 action‘.

Le call 2 action (ou call to action) donne au lecteur l’envie d’aller plus loin. De ne pas se limiter à lire passivement ce que vous lui proposez. Les rédacteurs de messages publicitaires y ont recours systématiquement, car il connaissent la force de cette approche.

3. Soyez cohérents.

L’écrit n’est qu’une partie du message que vous adressez à votre public. Celui-ci doit être en ligne avec les visuels que vous utilisez à proximité de votre texte. Dire que votre solution est simple, à côté d’un image incompréhensible, brouille complètement le lecteur,…et il ne croira plus un mot de ce que vous avancez. Veillez aussi à ce que l’ensemble de votre contenu corresponde à la promesse de votre entreprise. Qu’il illustre aussi sa personnalité.

4. Adaptez votre vocabulaire à votre cible.

Lorsque je débutais dans ce métier, un collègue très expérimenté me donna le conseil suivant: ‘Un chirurgien connait plusieurs milliers de mots, un ouvrier non qualifié en utilise trois cents. Si tu veux être compris de tous (ce qui était notre cible de public), n’utilise que 300 mots: ceux de l’ouvrier! ». Du simple bon sens.

 

 

 

Leave a Reply